ALUMINIUM ET ÉCONOMIE D'ÉNERGIE

 

Une architecture bioclimatique compose avec le climat. Elle utilise les apports solaires et la circulation naturelle de l’air afin de consommer le moins d’énergie possible. L'enjeu est double : améliorer la performance énergétique des bâtiments en maintenant un confort équivalent. L’aluminium est une solution pertinente pour répondre à ces besoins.

Etanchéité à l'air des fenêtres et façades

La bonne étanchéité à l'air de l’enveloppe d'un bâtiment permet d'obtenir une consommation énergétique faible voire très faible. Elle concerne toute l'enveloppe du bâtiment assurant le clos et couvert, et bien sûr les parois vitrées, fenêtres et façades rideaux.

Au-delà de leurs fonctions et performances en matière d’isolation et d’étanchéité (air, eau, bruit), les fenêtres sont les seuls éléments de l'enveloppe pouvant contribuer à réduire les consommations de chauffage, d'éclairage et de refroidissement de l'habitat, en exploitant les apports solaires. L’analyse et la maîtrise de ces apports de chaleur et de lumière rendent optimum la part importante du confort.

Combinez apports solaires et isolation thermique avec les fenêtres alu!

Les apports solaires émanent des rayons du soleil. Ils représentent l'énergie entrante par la fenêtre via l'ensoleillement direct, par transmissions thermiques et lumineuses du vitrage en contact avec l'extérieur. Indésirables l'été, ces apports de lumière et chaleur naturelles deviennent bénéfiques en hiver en contribuant de façon positive aux consommations d'énergie dans l'habitat (chauffage et éclairage). Voir les facteurs identifiant la performance énergétique d'une baie vitrée

Plus la fenêtre est grande, plus elle est performante. Les fenêtres aluminium exploitent à merveille les apports passifs du soleil grâce à leurs montants très fins offrant un clair de vitrage maximal. Elles garantissent une excellente performance énergétique : le duo gagnant profilés à rupture de pont thermique/double vitrage isolant limite à la fois les déperditions de chaleur et l'entrée du froid dans l'habitat. Bien équipée, la fenêtre alu devient précieuse pour réaliser des économies d'énergie puisque ses performances lui permettent de contribuer efficacement à la réduction des consommations du bâti. 

La fenêtre alu, un bien-être en hiver... comme en été

En optimisant les apports solaires tout en limitant les déperditions thermiques et en favorisant une orientation sud sur une saison de chauffage, la fenêtre aluminium répond aux exigences d'une architecture bioclimatique ; elle capte plus d’énergie qu’elle n’en perd ! Plus le facteur solaire (Sw) est élevé, plus les apports de chaleur transmis sont importants : 

- En hiver, la consommation de chauffage est réduite ;

- En été, un facteur solaire moins élevé est conseillé pour limiter l’entrée de la chaleur et éviter de se retrouver face à des apports lumineux trop importants. Les protections solaires mobiles sont indispensables (volets, stores, rideaux,etc.).

 Polyvalence des protections solaires

Pour maintenir une température agréable en toute saison, l'installation de volets en aluminium, stores et/ou rideaux agrémente le confort thermique dans l'habitat. L'avantage est de pouvoir les moduler en temps voulu. Plus d'infos sur les volets et les accessoires des fenêtres

L'aluminium et l'environnement

Aluminium et environnement : une relation basée sur l'amélioration continue

L’aluminium est recyclable sans aucune perte de qualité.

Les réserves de bauxite, minerai dont on extrait l’aluminium nécessaire à la fabrication, sont encore estimées à 200 ou 400 ans. Mais l’extraction de bauxite sera de moins en moins nécessaire, le recyclage ne faisant que croître depuis de nombreuses années. Le circuit de récolte de l’aluminium usagé est très organisé et de plus en plus performant.

Le taux moyen de collecte des menuiseries provenant des bâtiments est de 96% après broyage et refonte. Cela représente 93 % de recyclage effectif, selon une étude européenne réalisée en 2003 par l’Université de Technologie de Delft sur demande de l’Association Européenne de l’Aluminium. Lire aussi l'analyse des résultats

Aujourd’hui 40% des besoins de l’aluminium en Europe sont satisfaits par l’aluminium recyclé. Près de 30% au niveau mondial (source IAI).

Le recyclage est un atout énergétique.

1kg d’aluminium recyclé nécessite seulement 5% de l’énergie utilisée pour produire 1kg d’aluminium primaire (première génération).

Une méthode qui évite l’accroissement des déchets et qui favorise des filières pour d’autres matériaux comme le verre.

L’industrie de l’aluminium, un acteur mobilisé pour réduire la consommation d’énergie et les gaz à effet de serre.

- Depuis 1950, la consommation d’électricité liée à la production d’aluminium a été réduite de 30%. Elle est à 50% d’origine hydraulique.

- Depuis 1990, les émissions de PFC (perfluorocarbone) ont été réduites de 83% et les gaz à effet de serre ( GES) ont été divisés par 2. L’industrie de l’aluminium en France poursuit en permanence son programme de réduction des émissions de GES, déjà 56% de réduction par rapport à 1990. (source IAI)

L’aluminium est sans danger au sein de l’habitat.

Aucun dégagement de substance n’a été constaté. De la fabrication jusqu’à la fin de vie des menuiseries. Les finitions par thermolaquage ou anodisation sont réalisées une fois pour toutes et permettent en plus un entretien rapide et simple : une éponge, de l’eau savonneuse et un chiffon doux suffisent.

Isolation acoustique

L'aluminum au service d'une meilleure isolation acoustique de la fenêtre Les profilés en aluminium isolent efficacement du bruit et participent au confort des occupants. Le renforcement de la performance acoustique du mur d'un bâtiment s'opère grâce à une fenêtre isolante mais pas seulement. Pour les logements neufs, une isolation acoustique de 30 dB, fixée par la règlementation française, suffit généralement. Dans une habitation, sur un bâtiment, isolation acoustique, mur et fenêtres sont liées Face au bruit, l’isolation de la façade d'un bâtiment peut devenir complexe. Tous les éléments de l’ouvrage doivent être pris en compte : paroi opaque, fenêtre, entrée d’air, coffre de volet roulant, liaisons, calfeutrements... Traiter la seule fenêtre par rapport au bruit et à ses répercussions acoustiques serait se priver d’un résultat optimal. Le renforcement des performances acoustiques va de pair avec l’amélioration de l’isolation thermique. Comment fixer la performance acoustique à atteindre sur un site ? Renforcer l'isolation phonique d'un logement L'isolation phonique d'un mur ancien avec une fenêtre traditionelle est comprise entre 23 et 25 dB. Après travaux, les renforcements apportés sont de l'ordre de 5 ou 10 dB : ◾ Une isolation acoustique portée à 30 dB protège les logements faiblement exposés au bruit, situés dans les rues dont le débit horaire diurne ne dépasse pas 150 véhicules/heure. Un renforcement de 5 dB suffit généralement. ◾ Une isolation acoustique portée à 35 dB est idéale pour insonoriser les constructions moyennement exposées, en bordure de rue par exemple, dont le trafic ne dépasse pas 500 véhicules/heure. L'amélioration, environ d'10 dB, donne l'impression d'une division du bruit par deux. L’Organisation Mondiale pour la Santé recommande des niveaux moyens de 30 dB(A) la nuit dans la chambre à coucher et de 35 dB(A) dans les pièces de séjour. Que dit la règlementation française des bruits ? La réglementation française a fixé une valeur d’isolement minimale de façade de 30 dB pour les logements neufs. Le niveau d’isolement dépend dans une large mesure du confort recherché par l’habitant. Il est difficile à définir objectivement car il repose sur de très nombreux facteurs dont certains sont liés à la destination des locaux, à la sensibilité personnelle au bruit, à l’état de santé. L’Organisation Mondiale pour la Santé recommande, elle, des niveaux moyens de 30 dB(A) la nuit dans la chambre à coucher et de 35 dB(A) dans les pièces de séjour. Néanmoins, certaines personnes hypersensibles au bruit attendent des niveaux inférieurs. Les sources et les flux du bruit Trois modes de transmission du bruit dans un local peuvent coexister : ◾ Les transmissions directes provenant des éléments de la façade : parties opaques, menuiseries, coffres de volet roulant, grilles, entrée d’air… Une priorité de traitement. ◾ Les transmissions latérales provenant des cloisons légères maçonnées en contact avec la façade. ◾Une importance moindre (mais un traitement nécessaire si les isolements sont égaux ou supérieurs à 35 dB) ◾ Les transmissions parasites provenant des fissures, des défauts de calfeutrement. Elles sont associées aux défauts de mise en œuvre des structures, au vieillissement et aux déformations des ouvrages. ◾Une priorité d’intervention sur les façades anciennes.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site